Lorsqu’un licenciement intervient, il arrive parfois qu’il ait été motivé par de mauvaises raisons. L’employé en cause se doit alors de défendre ses droits face au traitement injuste qui lui a été infligé. Pour cela, l’aide d’un avocat en droit du travail est indéniable, voire indispensable. En effet, son aide peut permettre à l’employé de retrouver son emploi ou de toucher une somme en guise de compensations des dommages moraux préalablement subis par le licenciement. Dans quelles mesures un avocat peut-il être utile en cas de licenciement ?

La compréhension des textes de loi

Un employé qui désire contester le licenciement dont il a fait l’objet se doit d’abord de comprendre ses droits. L’avocat pourra lui être utile dans ce contexte grâce à sa maîtrise des différents textes de loi inhérents à cette situation. Par ailleurs, le juge chargé de l’affaire rendra sa décision tout en tenant compte d’un fait essentiel : « les textes de loi ont-ils été respectés ? ». La connaissance et l’expertise d’un avocat sont donc importantes pour l’employé licencié.

Ensuite, l’avocat représentera son client (en la personne de l’employé licencié) devant la cour de la façon la plus adéquate qui soit. Nonobstant la possibilité qu’un employé connaisse la loi, il ne peut constituer valablement une défense devant la cour ni étudier les pièces juridiques de son dossier. Et bien sûr, il ne saurait « plaider » lui-même sa cause comme il se doitPar contre, l’avocat dispose de l’aisance oratoire nécessaire pour développer un argumentaire de façon à ce qu’il puisse convaincre le juge de la légitimité de la plainte.

La compréhension et le respect des procédures

Deux procédures sont concernées : la procédure de licenciement et la procédure de saisie de la justice. Dans le premier cas, l’avocat peut aider l’employé licencié à repérer des vices de procédure dans le licenciement dont il a fait l’objet. Lorsque ces vices de procédures existent réellement et sont signalés à la justice, le licenciement sera rendu caduc.

Dans le second cas, l’aide de l’avocat est indispensable dans la mesure où le non-respect de l’une de ces procédures peut amener le juge à rejeter l’affaire. La maîtrise de ces procédures par l’avocat va permettre au licencié de se faire entendre valablement par la justice.

La compréhension des enjeux

Même s’il désire que justice soit faîte, il faut que le licencié sache où il met les pieds. En ce sens, l’avocat peut l’éclairer efficacement en l’aidant à comprendre le degré des enjeux financiers, par exemple. Et cela est d’autant plus vrai si le licenciement a été la cause d’autres problèmes au niveau moral tels que le stress, ou la maladie. Dans ces cas, le licencié qui ne se fait pas représenter par un avocat risque probablement :
  • De perdre l’affaire ;
  • De perdre du temps ;
  • De ne pas encaisser la somme adéquate des dommages et intérêts ;
  • De ne pas pouvoir se battre à armes égales (car les patrons se font toujours représenter par des avocats compétents).